Pratique

Test: Etes-vous heureux au travail

Votre activité professionnelle vous satisfait-elle ? Etes-vous heureux au travail ? Pour mesurer votre degré de satisfaction, voici un test simple et rapide à réaliser tiré du guide "Rester positif au travail" de Vanessa Genin, paru chez Studyrama.

Votre activité professionnelle vous satisfait-elle ? Etes-vous heureux au travail ? Pour mesurer votre degré de satisfaction, voici un test simple et rapide à réaliser.

Pour chaque affirmation, dites si vous êtes : tout à fait d’accord ; plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas d’accord du tout.

Puis faites les comptes !

• Si vous obtenez une majorité de « tout à fait d’accord ».

Tout va bien ! Rien ne sert de chercher des problèmes là où il n’y en a pas ! Vous avez sûrement trouvé la voie qui vous convient le mieux. Néanmoins, rien ne vous empêche de pimenter votre quotidien (insuffler une bonne ambiance, se former…) pour cultiver votre motivation.

• Si vous obtenez une majorité de « plutôt d’accord ».

A priori, vous n’avez pas besoin de tout remettre en cause. Vous avez juste besoin d’un petit coup de fouet pour égayer votre carrière. Essayez peut-être de réfléchir à vos perspectives d’évolution, à de nouveaux projets à entreprendre…

• Si vous obtenez une majorité de « plutôt pas d’accord ».

Un point sur votre situation professionnelle s’impose. Vos valeurs, vos compétences, votre plan de carrière, vos objectifs… Essayez de mettre à plat ce qui vous convient et ce qui vous convient moins, avant de rebondir éventuellement vers une autre voie.

• Si vous obtenez une majorité de « pas d’accord du tout ».

Pourquoi vous accrocher ? Si votre travail ne vous apporte aucun épanouissement personnel, aucune fierté, aucun avantage, il est peut-être temps de changer votre fusil d’épaule !

Pour aller plus loin : Guide "Entretenir sa motivation" par Vanessa Genin, Collection Efficacité professionnelle, Vocatis :http://edition.studyrama.com/produc...

# Affirmation tout à fait d'accord Plutôt d'accord Plutôt pas d'accord Pas d'accord du tout
1 Au travail, je suis concentré sur ce que je fais
2 J'ai de la chance d'avoir des perspectives de carrière
3 J'ai des horaires de travail qui me conviennent
4 J'ai un salaire décent
5 J'aime parler de mon travail à autrui
6 J'apprécie mon entreprise, mon établissement
7 Je me sens plein d'énergie quand je travaille
8 Je me sens reconnu dans mon travail
9 Je suis fier de mon métier
10 Je suis satisfait de la place que j'occupe dans la société
11 Je suis satisfait des relations que j'entretiens avec mes collègues
12 Je suis satisfait des relations que j'entretiens avec mes supérieurs
13 L'ambiance me plaît
14 Le secteur d'activité dont je travaille m'intéresse
15 Ma vie me plaît
16 Mon emploi à du sens
17 Mon lieu de travail me convient
18 Mon rôle dans l'entreprise est intéressant
19 Quand je me lève, j'ai envie d'aller au travail
20 Quand je travaille, le temps passe vite

L’aide juridique ou juridictionnelle devant les juridictions civiles – pénales et administratives : conditions – formulaire CERFA

L’aide juridique ou juridictionnelle permet aux citoyens et justiciables disposant de faibles revenus de percevoir, sous conditions, une prise en charge totale ou partielle des frais de justice, des frais de procédure, des frais d’huissier et d’expertise et les honoraires d’un avocat.

Les juridictions concernées par l’aide juridique

L’aide juridictionnelle peut être accordée pour toutes les actions devant les juridictions françaises :

- juridictions civiles et pénales de première instance et d’appel : Tribunal d’Instance, Tribunal de Grande Instance, Conseil des Prud’hommes, Tribunal de commerce, Tribunal Correctionnel, cour d’appel, Cour de cassation…

- la juridiction administrative de première instance et d’appel : Tribunal Administratif, Cour Administrative d’Appel, Conseil d’État,…

Les conditions de nationalité et de résidence pour percevoir l’aide juridique

Pour prétendre au versement de l’aide juridique en France, les justiciables  doivent :

- être français ou citoyen d’un État de l’Union européenne

- d’une autre nationalité à condition de résider régulièrement et habituellement en France.

L’aide juridique est accordée sans condition de résidence à l’étranger pour les :

- mineurs, témoins assistés, prévenus, mis en examen, accusés, condamnés, parties civiles, s’ils bénéficient d’une ordonnance de protection,

- justiciables faisant l’objet d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité

- justiciable maintenus en zone d’attente, faisant l’objet d’un refus de séjour soumis à la commission du titre de séjour ou d’une mesure d’éloignement, ou placé en rétention.

Pour la Cour nationale du droit d’asile – CNDA – il suffit de résider habituellement en France.

Les conditions de ressources pour bénéficier de l’aide juridique

Les conditions de ressources en vigueur pour percevoir l’aide juridique totale u partielle entre le 1er janvier et le 31 décembre 2012 sont :

- Si les ressources mensuelles sont inférieures ou égales à 936 € : aide juridictionnelle totale.

- Si les ressources mensuelles sont inférieures à 1404 € : aide juridictionnelle partielle dont la participation est différente selon les revenus.

Les plafonds sont majorés de 168 € pour chacune des deux premières personnes à charge et de 106 € par personne, à partir de la troisième personne à charge.

Selon les revenus, la part partielle contributive de l’État aux frais de procédure est fixée suivant le barème suivant :

- de 937 € à 979 € : 85 %

- de 980 € à 1032 € : 70 %

- de 1033 € à 1107 € : 55 %

- de 1109 € à 1191 € : 40 %

- de 1192 € à 1298 € : 25 %

- de 1299 € à 1404 € : 15 %

Le formulaire CERFA de demande de l’aide juridique

La demande de l’aide juridique doit s’effectuer sur le formulaire d’aide juridictionnelle CERFA N°12467*01.

Le formulaire CERFA rempli et accompagné des pièces justificatives de la demande d’aide juridique doit être déposé au bureau d’aide juridictionnelle du TGI – Tribunal de Grande Instance – rattaché au lieu de domicile.

Les dérogations du dépôt de la demande :

Si l’action juridique concerne le Conseil d’État ou le Tribunal des conflits, le formulaire de la demande d’aide juridique doit être déposé au Conseil d’État

Si l’action juridique concerne la Cour de Cassation, le formulaire de la demande d’aide juridique doit être déposé à la Cour de Cassation

Si l’action juridique concerne la Cour nationale du droit d’asile, le formulaire de la demande d’aide juridique doit être déposé à la Cour nationale du droit d’asile

Si l’affaire est déjà engagée dans une autre juridiction, le formulaire de la demande d’aide juridique doit être déposé au bureau dont relève cette juridiction.

Les conséquences du bénéfice de l’aide juridique

Si l’aide juridique est accordée, la juridiction concernée doit être saisie dans les 12 mois qui suivent l’acceptation de la demande d’aide pour ne pas en perdre le bénéfice.

Dans ce cas, les bénéficiaires de l’aide juridique étaient dispensés de la contribution de 35 € pour l’engagement d’une action en justice.

Le Décret 2013-1280 du 29 décembre 2013 relatif à la suppression de la contribution pour l’aide juridique et à diverses dispositions relatives à l’aide juridique a été publié au Journal Officiel.

Cette disposition a supprimé la contribution pour l’aide juridique de 35 € qui était perçue par instance introduite en matière civile, commerciale, prud’homale, sociale ou rurale devant une juridiction judiciaire ou par instance introduite devant une juridiction administrative.

L’aide juridique peut être refusée si l’action judiciaire apparaît irrecevable, sans fondement ou si les conditions de ressources ne sont pas remplies.

En cas d’urgence ou si le procès met en péril les conditions de vie de la personne, une admission provisoire à l’aide juridictionnelle peut être accordée.

Les maisons de la justice et du droit

De plus, il existe des maisons de justice et du droit, qui sont placées sous l’autorité du président du tribunal de grande instance et du procureur de la République de chaque département.

Les maisons de justice et du droit assurent une présence judiciaire de proximité et concourent à la prévention de la délinquance, à l’aide aux victimes et à l’accès au droit.

Télécharger le formulaire d'aide juridictionnelle:Cerfa 12467 01aide juridictionnelleCerfa 1246701 (79.34 Ko)

Agent de sécurité: en cas de contrôle, le CNAPS vous demandera quoi ?

Les principaux points de contrôle des agents du CNAPS sur un agent de sécurité posté sur un site :

 cnaps salarié

Modulation: explications et méthodes de calcul

La fin de l'année est la période de clôture des comptes, il n'en est pas moins pour la modulation: combien d'heures devais-je faire? comment je calcule mon compte modulation? combien d'heures supplémentaires ai-je fait ? comment sont-elles payées?

Suite aux nombreux appels et mails que nous avons reçu des collègues et camarades, nous vous proposons un guide (aimablement remis par l'exploitation de Seris Security) pour comprendre la méthode de calcul.modulation-explications-et-methode-de-calcul.doc modulation-explications-et-methode-de-calcul.doc

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.